Exposition « L’Asie rêvée d’YSL »

L’exposition « L’Asie rêvée d’YSL », qui s’est tenue entre octobre 2018 et janvier 2019 dans le musée YSL, regroupait une cinquantaine de modèles de haute couture sur un thème lié à la passion du couturier pour ce continent. L’Asie inspirera en effet profondément ses créations. Les modèles y étaient présentés avec des objets des collections prêtés par le musée Guimet, situé par ailleurs à proximité, ainsi que par d’autres collectionneurs privés.

Ce qui est particulièrement intéressant est qu’YSL alimentera cette thématique non seulement à travers ses voyages mais aussi, et surtout, grâce aux livres, au cinéma, aux spectacles de théâtre, et aux œuvres qui rentreront dans sa collection commune avec Pierre Bergé.

Il dira même qu’il a visité plus en restant chez lui dans son canapé qu’en parcourant le monde… Ses voyages sont les voyages de son imagination, sans limites.

Note : 9/10
Points forts : La richesse de la collection
À améliorer : rien!
Il me suffit d’un livre d’images pour que mon esprit se fonde dans un lieu, ou un paysage […] Je n’éprouve aucun besoin de m’y rendre. J’en ai tellement rêvé…
— Yves Saint-Laurent

IMG_3547

Ces derniers mois j’ai régulièrement visité le musée Yves Saint Laurent, qui est en train de devenir un incontournable pour les expositions de mode dans la capitale. Depuis son inauguration en octobre 2017, les expositions se succèdent à un rythme soutenu : après celle d’ouverture que j’ai visitée fin 2018, celle sur l’Asie rêvée (visite que je conterai dans le présent article), ainsi qu’une visite privée des archives – un vrai must. Rien d’étonnant, compte tenu de la richesse des archives du musée, qui était commencé ses expositions par YSL lui-même. Mais revenons à celle sur l’Asie rêvée du grand couturier.

IMG_3507

En effet, il s’inspirera par exemple de la Chine dans ses collections automne-hiver 1977, bien qu’il ne visitera le pays qu’en 1985, alors invité par le Palais des Beaux-Arts de Pékin, qui lui a dédié une exposition.

Ces créations sont inspirées de la Chine impériale, de ses nobles avec des couleurs criantes et des motifs qui s’inspirent de la richesse de la nature, dont les différents symboles sont si importants pour cette culture.

Mais ne furent pas moins importants aussi, deux autres grands pays du continent asiatique : l’Inde et le Japon. Il inspirera du premier pour ses collections printemps-été 1982, en revisitant le sari traditionnel et le pyjama qui, il ne faut pas oublier est né dans ce pays.

Fasciné par la richesse de ces cultures millénaires, il sera capable de les réinterpréter, comme celle du Japon, découvert dans les années 60 et dont il s’inspirera pour des kimono revisités.

IMG_3859

La création du parfum Opium

En 1977 YSL lance Opium, un des plus grands succès de l’histoire du parfum. Il aura participé à toute les phases de la création.


Le flacon s’inspire d’un inro japonais, dans lequel le samurai mettait ses épices, et dessiné de la main de Pierre Dinand.

Le parfum est très épicé, et la couleur rougeâtre du flacon reproduira la couleur d’un ancien bois laqué appartenant à la collection de YSL. Pour le lancement, une séance de photo avec Helmut Newton sera organisée dans la maison de mode d’YSL. Le slogan choisi pour le lancement est : Opium, pour celles qui s’adonnent à Yves Saint Laurent.

IMG_3775IMG_3804

Le scandale éclate et pendant un an la publicité autour de ça est énorme. Au bout d’un an le lancement est fait à New York sur une jonque japonaise baptisée le Peking.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s