MOSI — Museum of Style Icons, Newbridge Silverware, Ireland

Profitant de mon tour de l’Irlande, je fais un petit détour pour visiter un musée hors norme : le MOSI, The Museum of Style Icons à Newbridge.
Newbridge est un petit village perdu au milieu de cette île verte et magnifique, et situé en périphérie de Dublin.
Il n’a sans doute rien de très différent des autres village irlandais… sauf, depuis une dizaine d’année, ce musée qui peut rivaliser pour la richesse de ses pièces avec les plus beaux musées du monde!
Mais suivez moi dans ce voyage étonnant et je vous conterai son incroyable histoire…
Note : 9,5/10
Points forts : Le caractère unique de ce musée, la richesse des collections et la scénographie.
À améliorer : Je cherche encore…

I think I’ll have a go at buying that dress.

— William Doyle, CEO of Newbridge Silverware, about the $250,000 estimated black Givenchy dress Audrey Hepburn wore in Breakfast at Tiffany’s, and auctioned at Christie’s for $650,000

Ce musée occupe l’étage supérieur d’un bâtiment occupé au rez-de-chaussée par une grande boutique d’argenterie et une brasserie réputée pour sa décoration d’interieur et sa cuisine. À mon arrivée, la surprise est totale, une foule de touristes anglo-saxons appartenant à la catégorie Silver se presse vers l’entrée…

J’ai vu cette même frénésie seulement à des expositions comme celle l’année dernière de Christian Dior, au musée des arts décoratifs à Paris. Je suis de plus en plus curieuse, je me dis que le musée doit être vraiment intéressant, je me mets dans la queue et je me rends compte qu’elle n’est pas pour le musée mais pour la très réputée brasserie Café CarletonWhy not? La matinée est déjà bien avancée, je déjeune donc, et, après un repas typique au Café Carleton, aussi succulent que roboratif, je me dirige, en restant dans le même bâtiment, vers le musée situé à l’étage supérieur.

Après une volée de marche, je constate qu’il n’y a (quasiment) personne, et la surprise à la vue de l’agencement est très grande! Après la localisation (un musée dans une sorte de mini centre-commercial est assez hors norme), c’est le niveau de l’exposition qui me laisse, là, bouche bée…

Ce musée est de taille respectable, et il est très riches en pièces, c’est un vrai petit bijou. Il est dédié aux icônes de la mode, hommes et femmes, stars de la jet set, princesses ou étoiles du cinéma, de la musique. On y trouve  des vêtements, accessoires, lettres et autres objets de Marylin  Monroe, Audrey Hepburn, Vivien Leigh, The Beatles, Mickaël Jackson ou encore le King Elvis Presley, Lady Diana, la Princesse Grace et beaucoup d’autres.

Des vidéo des vieux films sont projetées de même que les musiques des icônes de la musique, accompagnées de nombreuses photos et instruments de musique. Comment est-il possible qu’un tel trésor soit arrivé là?

Je ne peux même pas imaginer la valeur de tous ces objects, avec des robes griffées par les plus grands couturiers français de Balenciaga à Dior. Un tel musée à Paris ferait un vrai tabac!

Des vidéos de films passent sur un écran géant, dont le Breakfast at Tiffany, en mode muet.  L’ambiance est très particulière, il me semble être au Disneyland du cinéma, mais tout est très relaxant, dans cette ambiance feutrée et peu fréquentée, on profite vraiment de tout comme en regardant un film de son réalisateur préféré en milieu d’un après midi dans un beau cinéma désert.

Ce musée est un vrai voyage dans le temps, un retour un arrière dans notre jeunesse avec tout ce que nous avons aimé. En arrière plan, la musique de Prince ou la guitare de Ringo Star nous emportent. This is amazing.
Mais pourquoi ce petit bijou de musée au milieu de nulle part ? L’idée de ce musée née du CEO  de Newbridge Silverware, William Doyle, et de sa femme :  lors d’une mise aux enchères chez Christies’ de la robe d’Audrey Hepburn  dans Breakfast at Tiffany,  ceux-ci se sont dit qu’acheter cette robe pourrait changer l’histoire de son magasin, faire venir des gens, rendre ce petit village visible sur la carte de l’Irlande.
M. Doyle dit n’avoir jamais eu vraiment d’intérêt particulier pour le cinéma, ni pour les vêtements, ni même pour Audrey Hepburn, mais cette idée était  originale et le début de quelque chose. Et, yes! il arriva à enlever l’enchère pour 650,000 $ et l’aventure du MOSI commence dès lors.
Elle va se poursuivre avec l’acquisition d’une deuxième robe— toujours de Givenchy—lors de la même vente, portée par Audrey Hepburn pour le film Charade, puis aussi des lettres de l’actrice — et il faut bien dire que, au sein du musée, parmi toutes les icônes présentées, la partie d’Audrey Hepburn est certainement la plus riche.
Puis, en dix ans, des centaines d’éléments se sont rajoutés, au travers d’achats, ou de dons.

Pour aller plus loin…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s