Fortuny : un espagnol à Venise au Palais Galliera

Le Palais Galliera a dédié cet hiver une exposition à Mariano Fortuny, cette figure éclectique du XIXème siècle, couturier, mais pas seulement, artiste complet doté d’un goût exquis et d’un génie qui lui permit de devenir unique dans le monde de la mode. Cette exposition retrace sa vie et l’histoire d’une période trépidante : La Belle Époque.

Note : 9/10.
Points forts : la qualité des vêtements exposés qui sont d’une beauté incroyable, l’exposition est vraiment très riche en contenu.
À améliorer : à quand une boutique digne d’un musée de ce niveau?
 Ce n’est pas la quantité, mais la qualité de la lumière, qui rend les choses visibles.
— Mariano Fortuny

Après avoir essayé en vain, et à plusieurs reprise, de visiter l’exposition de Christian Dior au Musée des Arts Décoratifs de Paris… (plusieurs heures de queue!), le dernier jour d’ouverture de cette exposition, je me suis retournée vers l’exposition au palais Galliera sur Mariano Fortuny, qui, elle aussi, touchait à sa fin – et je n’ai pas du tout été déçue!

Cet espagnol, né a Grenade en 1871, fut à la fois couturier, peintre, inventeur, photographe, scénographe, collectionneur, allié à un habile homme d’affaires. Fils d’art, son père était un grand peintre, issu d’une famille d’intellectuels et artistes, il ne pouvait donc pas ne pas suivre les mêmes passions! Mais, chez lui, on arrive à toucher le génie, ce qui nous séduit est son intuition pour les affaires mélangée à un goût exquis, à une créativité débordante, à une personnalité éclectique… Un « génie » qui ne semble jamais essoufflé par l’envie d’innover, de créer, d’émerveiller. Ce qui stupéfie véritablement, au long de l’exposition et de sa vie, est le tempérament de cet artiste à 360° degrés, qui arrive à transformer en or tout ce qu’il touche.

Fortuny est passé à l’histoire pour avoir créé le plissé, ainsi que des modèles mythiques tels que la robe Delphos, mais aussi d’innombrables tissus et étoffes, aidé de sa femme et muse Henriette. C’est en 1906, à Venise, qu’il crée sa fabrique de tissus pour la production industrielle des étoffes et ouvre des boutiques à Paris, Londres, New York.
L’exposition est ainsi très riche de tissus, photographies, tableaux, robes, où le génie de Fortuny retrace une époque de grande richesse intellectuelle.

L’atmosphère de l’exposition est intimiste, les couleurs de ses tissus et la beauté de ses étoffes ont le pouvoir de nous réchauffer le corps et l’âme. L’on comprend pourquoi les étoiles de l’époque, telles Isadora Duncan ou Eleonora Duse, comme les femmes les plus fortunées de l’époque, adoraient porter ses modèles. Dans ces vêtements et ses tissus, il fut capable de capturer la perfection de la nature et ses couleurs vivantes avec leurs innombrables tonalités, dont la plupart des communs mortels que nous sommes semblent ignorer l’existence…

Fortuny a un réel don, celui d’emprisonner la lumière, la couleur du monde, et de la recréer dans un tissu avec à la fois une simplicité et un raffinement époustouflants.
Toutes ses création subliment la beauté du monde qui nous entoure, qui devient alors perfection pour ceux qui sont capable d’en profiter.

Pour aller plus loin…

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s