Exposition « Femininities — Guy Bourdin » à la Maison Chloé

Plus que quelques jours! Précipitez-vous à l’exposition Guy Bourdin à la Maison Chloé, Paris VIIIe.

Vote exposition : 9/10. Forces : le guide, la visite confidentielle (quel plaisir! c’était comme visiter la maison d’une amie), le parcours de l’exposition et l’idee de combiner Guy Bourdin et Chloé, un vrai coup de génie. Points d’amélioration : la boutique n’existe pas vraiment, pour une amatrice de l’histoire de la mode qui s’accaparre tous les livres à chaque exposition, c’était un peu frustrant. J’ai acheté le catalogue, c’est toujours ça 😊. Un départ en fanfare donc, et j’attends avec trépidation la prochaine exposition! Ce nouveau centre culturel de la maison Chloé a en effet vraiment toutes les cartes en main pour devenir un must à Paris.

« Je veux défendre une mode destinée à révéler la personnalité de celle qui la porte, une mode qui dessine les contours d’un caractère, d’une attitude, sans jamais imposer un look. » 

– Natacha RAMSAY-LEVY, Directrice de la Création Chloé

1 IMG_0431

C’est par une fin de journée d’un vendredi pluvieux que j’arrive à l’exposition de Guy Bourdin chez Chloé, dans le nouveau siège parisien de cette maison dans l’une des quartiers plus exclusifs de Paris : le 8ème arrondissement.

Une belle surprise nous y attend : une visite guidée intimiste (nous sommes seulement cinq) avec une guide exceptionnelle, qui, pendant une heure trente nous raccontera de facon passionnée et passionante l’histoire de cette marque de prêt à porter de luxe, qui, dans les années ’50, a inventé un « alternative » à la haute-couture.

Une maison aussi créée par une femme moderne : Gaby Aghion (1921-2014) qui avait envie d’un style plus libre et qui fut la pionnière de l’idée du prêt-à-porter. En effet à cette epoque le prêt-à-porter comme on l’entend aujourd’hui n’existait pas,  ce qui existait était la copie de modèles de haute-couture, ce que l’on appelait la confection.

Mme Aghion, qui provenait d’une famille de la haute-bourgesoie, décida alors de créer sa maison de mode parce qu’elle ne trouvait alors pas ce qu’elle désirait sur le marché, et qu’elle voulait des vêtements qui puissent représenter au mieux la personnalité des femmes – du prêt à porter sans de multiples essayages… Dans la première salle sont exposées des robes, des chaussures, des sacs et des bijoux ou accessoires qui couvrent plus de 20 ans de la maison. Tous sont très raffinés, avec une vraie personnalité… difficile de comparer au niveau du prêt-à-porter que l’on connaît aujourd’hui.

La femme créée par la maison à ainsi un style bien précis, celui d’une élégance décontractée, pour une femme qui est en meme temps indépendante, libre et extrement féminine. Je dois dire que nous devons alors encore visiter trois étages de cette exposition, mais je suis dors et déjà conquise par la personnalité de Mme Gaby, tout à la fois une passionnée et habile femme d’affaires qui a marquée l’histoire de la mode. Elle fut capable de regrouper autour d’elle un groupe de designers. Pendant la visite, nous voyons ainsi de très belles pièces, dont de nombreuses signées par Karl Lagerfeld, qui, depuis 1965, et durant vingt ans fera de Chloé une institution dans le monde de la mode. Des autres designers se suivront, parmi lesquels Stella McCartney, pour arriver à l’actuelle Directrice de la création : Natacha Ramsay-Levy.

Au sein des étages suivants de ce raffiné hôtel particulier nous rentrons dans le monde de Guy Bourdin (1928-1991), génial et talentueux fotographe francais de mode et de publicité qui travailla pour les plus grands magazine de mode et pour différentes Maisons parmi lesquelles Chanel, Grès, Ungaro, et bien évidemment Chloé. Dans ses clichés rien n’est laissé à l’improvisation, le processus de création suit un modèle bien précis, et le photographe, avant d’utiliser son appareil, dessine avec precision chaque détail des ses photo. Sa créativité n’a pas des limites, ses photo dans le cours des annees ne veilleissent pas, au contraire, deviennent des pièces uniques, tableaux peints par la lumiere de l’objectif avec un style unique, précurseur extrêmement moderne. Ce qui m’a notamment surpris est la fraîcheur des photos, un vrai génie qui, dans une carriere de quarante année
est capable de reinventer sa vision de la réalité en arrivant a nous émerveiller à chaque cliché. Ces photos ressemblent aux images d’un film, elles raccontent une histoire. Dans le publicités (nombreuses pour les campagnes publicitaires de Charles Jourdan ou de Roland Pierre) le spectacteur de simple observateur est invité lui même à participer, en narrant une trame différente pour chacun. Aux créations de Chloé sont associées des clichés en noir et blanc et ensuite en couleur… Le photographe a en effet signé des nombreuses couvertures pour Vogue Paris avec les créations de la maison Chloé…

Objets, robes, photographies et magazines de mode, tout est présent dans une alchimie réussie parfaitement pour nous emmener à travers le regard discret et provocateur de Bourdin dans un voyage dans les années ’50 jusqu’aux années ’80 entre le chic bohémien de la marque et les photographies irrévérentes de ce grand artiste de l’image qu’est Bourdin. Un génie qui a révolutionné l’image de la mode, dont chaque cliqué provoque admiration et étonnement, et qui reste source d’inspiration pour de nombreux artistes.

20171020_185718.jpg

 

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s